Question 2

Aller en bas

apprendre Question 2

Message par Xavier le Jeu 6 Sep 2007 - 10:08

- Que pouvons-nous faire de manière concrète pour
améliorer la situation dans un milieu donné en
modifiant ces paramètres (habitat, quantité de
nourriture disponible, travail sur les frayères, etc…)
?

OP : Tout dépend du facteur limitant principal du parcours en question, c’est lui qu'il faut déterminer d’abord (ce qui est relativement simple) et voir ensuite quelle correction apporter (ce qui n’est pas toujours possible) sinon, l’action est sans effet. Aménager des frayères ou aleviner ne sert à rien, par exemple, si la reproduction n’est pas le facteur limitant mais que les adultes manquent de caches (C’est un facteur limitant très fréquent, mais on peut en aménager) ou si la température estivale est trop élevée (on est souvent impuissant dans ce cas, et le réchauffement climatique « rogne » par l’aval notre première catégorie, amplifié par les diverses artificialisations et usages du milieu qui accentuent le phénomène).
Xavier
Xavier

Date d'inscription : 12/08/2006

Revenir en haut Aller en bas

apprendre Re: Question 2

Message par Invité le Jeu 6 Sep 2007 - 13:21

Pour améliorer la situation dans un milieu donné, il faudrait avant toute chose, voir si ce milieu n'est pas l'objet d'agressions extérieures.
Exemple: Il ne sert à rien d'aménager des frayères 100m en aval d'une centrale. Il ne sert à rien de faire comme moi pendant 3 ans, à aménager des caches, à nettoyer un minimum les berges d'un petit ruisseau si c'est pour le retrouver à sec à l'ouverture 2007 ! C'est ici l'eau le fateur limitant dont parle OP. Idem si pollution en amont.
Donc, avant d'aménager quoi que se soit (caches, frayères, rives) s'assurer que les poisons peuvent y accéder (c'est pas évident même si ça semble l'être, mais comment expliquer que l'on pique des tacons entre 2 barrages de 30m de hauteur sans aucune passe) et aussi s'assurer de la qualité et de la quantité de l'eau.
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

apprendre Re: Question 2

Message par Invité le Jeu 6 Sep 2007 - 14:28

Sur ce point c'est plus complexe qu'il n'y paraît vu l'ensemble des paramètres qui entrent en jeu. Résoudre tel ou tel problème concernant Ex : le débit, l'aménagement de caches etc... n'entraînera peut-être acune modification espérée et notoire. En réalité c'est l'ensemble des problèmes qu'il faudrait résoudre conjointement.
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

apprendre Re: Question 2

Message par Pechadou le Jeu 6 Sep 2007 - 15:08

Aménager des frayères ou aleviner ne sert à rien, par exemple, si la reproduction n’est pas le facteur limitant mais que les adultes manquent de caches (C’est un facteur limitant très fréquent, mais on peut en aménager) ou si la température estivale est trop élevée (on est souvent impuissant dans ce cas,

Pour améliorer il n'y a pas grand chose à faire car le nombre d'alevins qui vont se sauver est fonctionde la capacité d'acceuil et comme il y a un trés faible pourcentage de réussite (2 ou 3 % ) si la capacité d'accueil augmente on aura suffisament d'alevins. Je pense qu'il faut faire quelques enrochement quand cela est necessaire.
En ce qui concerne la température de l'eau on a tandance à un peu trop dégarnir les berbes. Avec le réchauffement climatique il faud garder un maximum d'ombre sur la rivière. L'eau se réchauffe de 1° au km alors on a vite fait d'arriver à 18° température limite de la truite.
Jean Paul
Pechadou
Pechadou
Le papichadou..
Le papichadou..

Date d'inscription : 05/02/2007

http://perso.orange.fr/pechadou/

Revenir en haut Aller en bas

apprendre Re: Question 2

Message par Invité le Jeu 6 Sep 2007 - 19:14

Oui pechadou, il ne faut pas trop "déplumer" les rives, car sans ombre, l'eau se réchauffe très vite. 10km sans ombre, et c'est environ + 10°C !
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

apprendre Re: Question 2

Message par Invité le Ven 7 Sep 2007 - 19:22

les formations de techniciens de rivieres ont justement été mises en place pour cela !!
pour évaluer une riviere et mettre en oeuvre le travail a y effectuer selon le resultat de l'etude !!
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

apprendre Re: Question 2

Message par Frank89 le Ven 7 Sep 2007 - 22:23

On doit éffectivement d'abord s'attaquer au facteur limittant propre à chaque rivière, voir secteur de rivière. Le soucis c'est qu'à chaque bassin versant, chaque rivière, chaque secteur, une palette de solution est possible, mais à chaque fois différente. on ne peut pas penser de façon générale.

A quoi cela sert d'aider une rivière à se repeupler si chaque été, le débit reservé ne permet pas à la plus part des poissons de survivre , voir de se reproduire à l'automne....... les réponses doievent apporter pour répondre à chaque fois à des conditions bien précises.

je prends un autre exemple, un ruisseau dans l'yonne qui a la chance d'avoir une températured 'eau toute l'année fraiche voir très fraiche, des niveau d'eau correcte (même l'été malgré le prélèvement), une qualité d'eau "superbe" (plus d'usine ou d'entreprise sur ces berges), des eaux riches en nouritures avec de très belles éclosions. malgré cela, les truites sauvages ne se retrouve que sur de rare secteur, en faible quantité (insuffisante pour permettre un repeuplement effectif) et petite taille (des poissons de 50+ y étaient régulièrement pris il y a 10 ans).

Le soucis, une grosse polution fin 90's. En réponse l'AAPPMA ne fait que de la bassine, entretien les berges, à ouvert deux réserves sur deux ru (affluent) presque à sec même l'hivers sur lesquels je n'ai pas observé la moindre frayère "active" en 8 ans. là, dans ce cas de figure, un alvinage contrôlé, limité, ne permettrai-t-il pas de ré-amorcer ce ruisseau ????
Frank89
Frank89

Date d'inscription : 17/08/2006

http://www.lemondedelatruite.com

Revenir en haut Aller en bas

apprendre Re: Question 2

Message par Invité le Dim 9 Sep 2007 - 16:08

De manière concrête, les techniciens sont là comme le dit Jos et avant tout comme le dit Jeff :
Pour améliorer la situation dans un milieu donné, il faudrait avant toute chose, voir si ce milieu n'est pas l'objet d'agressions extérieures

Donc s'il n'y a pas d'ojets d'agressions :
Après celà, pêche électrique afin de se rendre compte si le poisson est présent, si ce sont des lots homogènes ou hétérogène, définir les classes d'age (si il y en a)...en tirer une conclusion (les agents du CSP sont là)....afin de voir si oui ou non, il faut améliorer un ou des paramêtre(s). Après la suite, nous la savons tous : poisson inexistant : problème de nourriture, ou de caches voir repro nul ....

Et là, il y aura aménagement et encore si le technicien rivière dit oui, il peut y avoir aménagement. Facile de dire oui et facile à faire mais le faire dans le bons sens.
EX : Faire un seuil pour permettre de réoxygéner l'eau c'est bien oui, mais si en été ce cours d'eau subit un étiage violent....TOUT l'aval du seuil sera asséché ......= mortalité, impossibilité que les tf remonte sur l'amont pour se sauver la vie ...
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

apprendre Re: Question 2

Message par Invité le Dim 9 Sep 2007 - 19:11

L'eau bien precieux, il faudrait eviter de planter le mais dans des regions ou il ne pleut pas beaucoup, il en faut des milliers de litres pour faire pousser, le melon à moindre echelle consomme egalement beaucoup d'eau, démentelé les microcentrales qui ne produisent pas grand chose mais qui mettent en peril des tronçons entier de rivieres, les remplacer par des éoliennes par exemple. Interdire purement et simplement tous moyen de puisage. Telle l'irrigation des bio de bois dans les sciries, qui en ruisselant retourne à la rivieres charger de sciure et de tous corps étrangers et indésirables. Obliger les communes à se munir de station d'epuration et installer le tout à l'egout avant d'effectuer des rejets d'eau impropre.

Ça en fait des choses à mettre en oeuvre, mais à notre niveau, prendre des douche plutot que le bains, faire la vaiselle, avec un bac d'eau savonneuse et un bac d'eau de rinçage plutot que de laisser couler l'eau, mettre des chasses d'eau de petite contenance, Mettre des fleurs et des legumes qui ne demandent pas beaucoup d'eau. recuperer et stoker l'eau de pluie pour arroser.

C'est à nous de commencer à faire l'exemple, pour etre suivi.

Adishatz tomtom.
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

apprendre Re: Question 2

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum